Faites connaissance avec nos talents

Ce mois de février 2023, nous vous présentons Jaimie Hoh Kam, chercheure en neurosciences

Observation et analyse de cellules fibroblastes – Janv.23

Hi Jaimie, can you talk us about your background? How did you get to Clinatec?

I have a fairly international background: I was born in Mauritius, lived for 10 years in Singapore and for 15 years in London, UK, where I completed my PhD in visual neuroscience from University College London (UCL). I did my post-doc research at the Institute of Ophthalmology (attached to Moorfields Hospital) on ocular aging, retinal diseases and the effects of photobiomodulation on ageing and dysfunctional mitochondria. I have come to Clinatec because I have 10 years of experience in photobiomodulation and worked in collaboration with the professor John Mitrofanis during those years.

What is the theme of your project?

My project focus on biophoton under the Covea Neurotech project. The ultimate goal of this project is to lay the foundations for the development of a device that can both detects the underlying pathology of neurodegenerative diseases such as Parkinson’s disease and Alzheimer’s disease and then treats them effectively.

What are the societal issues/challenges related to your project?

Parkinson’s and Alzheimer’s disease are both neurodegenerative diseases with a huge global burden and both are diagnosed quite late in disease progression that is when the symptoms have already appeared. Currently there is no treatment that stops or even slows down the progression of both diseases. The biophoton project  propose to develop a device that can detect neurodegenerative diseases using an alternative communication channel i.e. biophoton, emitted by brain cells before any symptoms appear and treat the disease accordingly using photobiomodulation. This project will be the first of their type and will lead onto future experiments that will be highly translatable to humans. It will form a template and lead ultimately to the development of an easy to use, extracranial helmet device for individuals, one that they can use readily at home, and one that is potentially symptomatic, neuroprotective and preventative.

Thank you Jaimie !


Bonjour Jaimie, pouvez vous nous parler de votre formation ? Comment êtes-vous arrivée à Clinatec ?

J’ai un profil très international : je suis née et j’ai grandi à l’Ile Maurice, j’ai vécu 10 ans à Singapour puis à 15 ans à Londres, au Royaume-Uni, où j’ai obtenu mon doctorat en neurosciences visuelles à l’University College of London (UCL). J’ai effectué mes travaux de recherche post-doc à l’Institut d’Ophtalmologie (rattaché à l’hôpital Moorfields) sur le vieillissement oculaire, les maladies de la rétine et les effets de la photobiomodulation sur le vieillissement et les mitochondries dysfonctionnelles. Je suis venue à Clinatec pour travailler sur la photobiomodulation en collaboration avec le professeur John Mitrofanis avec qui j’avais déjà collaboré pendant 10 ans par le passé.

Quel est la thématique de votre projet ?

Mon projet porte sur les biophotons dans le cadre du projet Covea Neurotec. L’objectif de ce projet est de poser les bases du développement d’un dispositif capable de détecter la pathologie sous-jacente des maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer, puis de les traiter efficacement.

Quels sont les enjeux, les défis sociétaux liés à ce projet ?

La maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer sont toutes deux des maladies neurodégénératives qui représentent un lourd fardeau au niveau mondial et qui sont diagnostiquées assez tardivement dans l’évolution de la maladie, c’est-à-dire lorsque les symptômes sont déjà apparus. Actuellement, il n’existe aucun traitement permettant d’arrêter ou même de ralentir la progression de ces deux maladies. Le projet Biophoton propose de développer un dispositif capable de détecter les maladies neurodégénératives à l’aide d’un canal de communication alternatif, le biophoton, émis par les cellules du cerveau avant l’apparition des symptômes, et de traiter la maladie par photobiomodulation. Ce projet est le premier de ce type et débouchera sur de futures expériences qui seront hautement transposables à l’homme. Il constitue un modèle et conduira in-fine à la mise au point d’un casque extra-crânien facile d’utilisation, que l’on pourra aisément utiliser à domicile et qui sera potentiellement symptomatique, neuroprotecteur et préventif.

Merci Jaimie !

Autres articles, actualités et publications

13 février 2024

Actualités

1 février 2024

Actualités, Recrutement

24 janvier 2024

Actualités