Maya Law-Pois, talent du mois de février

Maya débute un stage de 6 mois au Fonds Clinatec dans le cadre de son Master 2 « Biologie du vieillissement » à Paris-Saclay. Elle travaillera aux côtés du Dr Audrey Valverde et du Dr Raphaëlle Pardossi dans le cadre du projet Covéa Neurotec Amodalz afin de démontrer les effets neuroprotecteurs de la photobiomodulation dans le cadre de la maladie d’Alzheimer.

« J’ai ressenti une connexion particulière aux côtés des personnes âgées souffrant de diverses formes de démence, et c’est à ce moment que j’ai développé un fort intérêt pour les maladies neurodégénératives.« 

Bonjour Maya,

Quel est votre parcours ? Comment êtes-vous arrivée à Clinatec ? et sur quel projet travaillez-vous ?

J’ai obtenu en 2022 ma licence « Sciences de la vie » à l’Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines (UVSQ). Puis j’ai réalisé mon Master 1 « Biologie-santé – physiologie et physiopathologie » à Paris-Saclay. Étant très intéressée par les maladies liées au vieillissement je suis actuellement en Master 2 « Biologie du vieillissement » à Paris-Saclay.

Ma passion pour le cerveau a toujours été présente. Lors de mes actions de bénévolat à l’Hôpital André Mignot de Versailles où j’ai passé plusieurs mois à discuter et tenter de rassurer les patients, j’ai découvert ma véritable vocation. Les échanges que j’ai pu avoir avec des personnes âgées souffrant de diverses formes de démence, telles qu’Alzheimer et Parkinson, m’ont profondément touchée. À leurs côtés, j’ai ressenti une connexion particulière et c’est à ce moment que j’ai développé un fort intérêt pour les maladies neurodégénératives. Cette expérience m’a incitée à vouloir comprendre les mécanismes biologiques sous-jacents à ces pathologies. Mon objectif et ce qui me motive est d’acquérir des connaissances approfondies pour pouvoir, d’une certaine manière, contribuer à aider les personnes que j’ai rencontrées.

Dans le cadre de mon M2, j’ai pu assister à une conférence donnée par le Dr Audrey Valverde, post-doctorante au Fonds Clinatec. La conférence était très intéressante et j’ai donc candidaté auprès d’elle pour un stage. Au sein de deux instituts (Fonds Clinatec à Grenoble et institut de pharmacologie moléculaire et cellulaire à Sophia-Antipolis) et sous sa supervision et celle du Dr Raphaëlle Pardossi, je travaille sur l’effet neuroprotecteur de la photobiomodulation dans le contexte de la maladie d’Alzheimer. Le but de mon stage est de  confirmer par des approches de biochimie et de biologie cellulaire, l’effet neuroprotecteur de la photobiomodulation à long terme dans le modèle murin 3xTgAD.

Le défi majeur actuel réside dans la recherche d’une solution thérapeutique efficace pour traiter la maladie d’Alzheimer et d’autres maladies neurodégénératives dont le nombre de cas ne cesse d’augmenter avec le vieillissement de la population. Les traitements médicamenteux actuels suscitent des controverses quant à leur efficacité et sont souvent accompagnés d’effets secondaires indésirables. Dans ce contexte, le projet sur lequel je suis impliquée vise à démontrer que la photobiomodulation peut représenter une alternative non médicamenteuse prometteuse. Cependant, ce défi implique des aspects techniques liés à la mise en œuvre de la photobiomodulation en tant que méthode thérapeutique, tout en soulevant des questions sociétales importantes concernant l’acceptation et l’adoption de nouvelles approches non médicamenteuses dans le domaine de la santé liée au vieillissement.

Autres articles, actualités et publications

1 février 2024

Actualités, Recrutement

24 janvier 2024

Actualités

16 janvier 2024

Actualités, Évènement