Une interface cerveau-machine (BCI) permet à une personne paraplégique de contrôler sa marche par la pensée

Crédit image : EPFL / Jimmy Ravier

Des neuroscientifiques et neurochirurgiens de l’EPFL/CHUV/UNIL et de CEA/CHUGA/UGA ont publié dans la revue Nature un article scientifique démontrant qu’ils ont rétabli la communication entre le cerveau et la moelle épinière grâce à un pont digital sans fil, permettant à une personne paralysée de remarcher naturellement. 

Cela a été rendu possible grâce à une interface dite « cerveau-moelle épinière », fruit d’une collaboration entre des équipes de Clinatec CEA d’une part, et des équipes de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, du CHUV / Centre hospitalier universitaire vaudois et de l’Université de Lausanne, en Suisse d’autre part. La revue scientifique Nature vient d’en publier les résultats.

Pour établir ce pont digital, deux types d’implants électroniques ont été nécessaires. L’implant cérébral Wimagine, mis au point par Clinatec CEA et financé par le mécénat, qui permet de décoder les signaux électriques générés par le cerveau lorsque le patient pense à marcher ; et un neurostimulateur développé par l’EPFL, connecté à un champ d’électrodes positionné sur la région de la moelle épinière qui contrôle le mouvement des jambes.

Guillaume Charvet, responsable du programme BCI à Clinatec indique :

« Grâce à nos algorithmes basés sur des méthodes d’intelligence artificielle adaptatives, les intentions de mouvement sont ainsi décodées en temps réel à partir des enre­gistrements du cerveau ».

Ces intentions sont ensuite converties en séquences de stimulation électrique de la moelle épinière, qui à leur tour activent les muscles des jambes pour réaliser le mouvement désiré. Ce pont digital opère en mode sans fil, permettant ainsi au patient de se déplacer en toute autonomie.

Le Fonds de dotation et ses mécènes sont fiers du rôle qu’ils ont joué dans la belle et grande aventure scientifique et humaine du BCI. Le soutien indéfectible des mécènes a permis de financer la recherche et le développement de l’implant cérébral WIMAGINE®, et a donc permis à ce patient de retrouver sa mobilité. Les nombreuses compétences scientifiques et technologiques du CEA, du CHU Grenoble Alpes et de l’Université Grenoble Alpes, mobilisées sur ce projet, l’ont rendue possible.

Lire le communiqué de presse : [FR] / [EN]

Autres articles, actualités et publications

13 février 2024

Actualités

1 février 2024

Actualités, Recrutement

24 janvier 2024

Actualités